• Actualités du portage salarial
  • Sep 12, 2014
  • Pas de réponse
  • Imprimer

Les cadres français, en avance sur le futur de l’emploi ?

La Fondation ITG a dévoilé le 11 septembre 2014 son Baromètre annuel. Réalisé par la TNS Sofres et le Cabinet Taddeo, cette enquête livre des enseignements attendus et d’autres plus surprenants.

Emploi, entreprise, façons de travailler : plongée dans la vision des cadres français de 2014.

Les cadres français, en avance sur le futur de l’emploi ?

Le réalisme des cadres français

Est-ce l’effet du bouleversement des méthodes de travail issu des nouvelles technologies ou le climat social tendu ? C’est certainement la combinaison des deux qui construit cette nouvelle vision des cadres français. Le Baromètre annuel de ce think-tank qui analyse la mutation du monde du travail révèle que 93% des cadres considèrent  que chacun connaitra dans sa vie professionnelle plusieurs métiers, plusieurs statuts.  Ils sont même plus de 6 sur 10 à penser que le CDI ne sera plus la norme demain, preuve que les cadres français ont intégré la multiplication des formes d’emploi atypique effectivement en vigueur depuis le début des années 80.

Télécharger le baromètre 2014 sur les cadres

Pour télécharger l’enquête dans son intégralité, rien de plus simple. Un tweet ou un partage sur facebook, Linkedin ou google+ suffit via le bouton ci-dessous, validez et le téléchargement débutera automatiquement :

Sur le marché de l’emploi, l’émergence du portage salarial

Semblant intégrer cette évolution profonde, les cadres s’intéressent de plus en plus- pour eux et pour les autres- aux formes particulières d’emploi, celles qui n’obéissent pas au schéma classique du CDI-temps-plein-dans-la-même-entreprise. Ainsi, près de 7 cadres sur 10 connait la formule des SCOP, 64% connaissent le travail par mission.

Le portage salarial, sous les feux de l’actualité récente, connait un intérêt et une notoriété croissants. En un an, les cadres français sont 11% de plus à connaitre cette solution : 53% en 2014 contre 42% en 2013. Cette forte progression s’accompagne également d’un gain d’intérêt pour la formule : près de 9 cadres sur 10 (87%) considèrent qu’il s’agit d’une forme d’emploi intéressante qu’ils pourraient utiliser pour se mettre à leur compte et lancer une activité autonome. Un résultat significatif alors que les pouvoirs publics et notamment le Premier Ministre ont récemment réaffirmé leur volonté d’accélérer le développement de cette forme d’emploi hybride.

A l’intérieur des entreprises : des cadres attachés à leur groupe

Ces transformations n’ont cependant pas entamé l’attachement des cadres vis-à-vis de leur emploi et de leur employeur. Ainsi, plus de 8 cadres sur 10 se disent plutôt heureux au travail. Le premier mot qui leur vient en tête dans les termes (positifs et négatifs) proposés est une nouvelle fois l’attachement qui recueille les meilleurs scores chez les cadres pour décrire leur rapport avec leur entreprise.

Leurs aspirations évoluent vis-à-vis de leur emploi. Alors que dans le début des années 2000, les cadres recherchaient surtout l’esprit d’équipe et un environnement de travail confortable, ils privilégient désormais 3 besoins forts : une plus grande autonomie, une rémunération plus conséquente et d’avantage de souplesse. Ces demandes qui concernent plus de 6 cadres sur 10  symbolisent bien la recherche constante d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et une sorte de droit au mouvement pour exercer son activité. Enfin, ils sont 4 sur 10 cadres à demander plus de temps pour des temps de rencontre avec leurs équipes.

La confiance également reste importante pour les cadres français : 54% d’entre eux considèrent que le bon exercice de leur mission suppose la confiance de leur top management.

par le .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DEMANDE DE RENDEZ-VOUS